Petit grain bigarade

Petit grain bigarade

Citrus aurantium ssp. amara (folia)

MODES D'UTILISATION: 

Application cutanée, massage

Bain

Voie orale

Voie respiratoire, diffusion

Originaire d’Asie, le bigaradier ou « oranger amer » (Citrus aurantium ssp.amara (folia)) est un arbre de la famille des Rutacées aux branches épineuses et aux feuilles alternes, persistantes et coriaces, d’un vert brillant.

Tab

Il porte des bigarades, appelées aussi « oranges amères », fruits impropres à la consommation, plus petits que les oranges douces, à l’épaisse écorce rugueuse et à la pulpe âcre et acide.

Le bigaradier fut, comme plusieurs arbres fruitiers orientaux, rapporté dans leurs patries respectives par les soldats d’Alexandre et, quinze siècles plus tard, réintroduit par les croisés dans un Occident qui l’avait oublié. Son fruit, l’orange amère que l’on nommait alors « pomme mède », était connu des Anciens bien avant d’être cultivé. Ils vantaient à juste titre son écorce qu’ils employaient comme tonique digestif servant d’entrée à leurs indigestes festins et protégeant contre leurs suites. Le Grec Théophraste, père fondateur de la botanique en tant qu’auteur des Recherches sur les plantes et causes des plantes, mentionnait ce fruit avec éloge dès le IVe siècle avant J.-C. Six siècles plus tard, Galien, médecin de l’empereur Commode, le prescrivait pour soigner un grand nombre de maladies. On l’utilise sous deux formes en médecine traditionnelle chinoise pour traiter les troubles digestifs et cardiaques : le zhi shi (fruit vert) et le zhi kiao (zeste). Mariant la douceur à l’amertume, ce fruit exquis et paradoxal ne pouvait qu’inspirer les poètes. Aragon a ainsi chanté son « sombre amour d’orange amère ».v

Culture et production

L’oranger « amer », introduit par les Arabes au IXe siècle en Espagne, appelé « oranger de Séville », est cultivé dans de nombreux pays, entre autres en Inde, en Chine et au Paraguay. Il trouve son principal emploi en parfumerie et entre dans la composition des eaux de Cologne.

Parfum

L’odeur du petit grain bigarade est celle des agrumes, acidulée, fraîche et florale, avec une note prononcée d’orange.

Extraction et rendement

L’huile essentielle de petit grain bigarade est obtenue par distillation des feuilles alors que l’essence dite « d’orange amère » provient, comme c’est le cas de tous les agrumes, d’expression à froid du zeste. Il faut cent kilos de feuilles pour obtenir sept cents grammes d’huile essentielle, soit un rendement de 0,7 %.

Formule chimique

Les principaux constituants actifs de l’huile essentielle de petit grain bigarade sont des esters terpéniques (acétates de linalyle, de géranyle et de néryle) et des monoterpénols (alpha-terpinéol, linalol).

Principales indications

Providence des stressés, l’huile essentielle de petit grain bigarade exerce un très puissant effet relaxant et sédatif qui efface le « coup de blues » et favorise un sommeil reposant. Elle est très utile pour calmer les enfants hyperactifs. Elle remédie à tous les déséquilibres nerveux, spasmophilie, troubles de la respiration et du rythme cardiaque. Anti spasmodique, elle soulage crampes, torticolis, coliques et douleurs des règles. Elle soigne les infections cutanées ; c’est de plus un excellent régénérant cellulaire qui améliore l’état de la peau et régule la transpiration excessive.

 

Extraits du livre « Aromathérapia - Tout sur les huiles essentielles », d’Isabelle Pacchioni. Editions Aroma Thera

 

Tout sur les huiles essentielles

Phasellus volutpat, metus eget egestas mollis, lacus lacus blandit dui, id egestas quam mauris ut lacus.

Tout sur les huiles essentielles

Retrouvez toutes les essences dans le livre Aromathérapia

Info

Achetez le livre