Niaouli

Niaouli

Melaleuca quinquenervia cineolifera (syn. Melaleuca viridiflora )

MODES D'UTILISATION: 

Application cutanée, massage

Bain

Voie orale

Voie respiratoire, diffusion

Le niaouli est, comme l’eucalyptus, un arbre de la famille des Myrtacées qui peut atteindre vingt-cinq mètres de hauteur, originaire de Nouvelle-Calédonie et d’Australie.

Tab

Il a des feuilles persistantes et odorantes et son écorce, molle et de couleur claire, s’arrache aisément comme du papier, ce qui lui a valu on nom anglo-saxon de paper bark tea tree et son surnom « d’arbre à peau ». Il a été acclimaté à Madagascar à la fin du XIXe siècle pour reboiser des zones marécageuses. Jules Garnier qui, dans ses explorations géologiques, découvrit le nickel de la Nouvelle-Calédonie, a rencontré le niaouli dans les savanes de la côte ouest. « C’est, écrit-il dans sa relation de voyage, le plus triste mais le plus utile des arbres de l’île, car il cache ses qualités et ses vertus sous l’aspect le plus malheureux. » Mais qui se soucie de savoir si son bienfaiteur a piètre allure ? Certainement pas les Kanaks, qui depuis toujours enveloppaient les nouveau-nés dans son écorce pour les protéger et leur donner de la force. Ils se faisaient un emplâtre des jeunes feuilles du niaouli pour l’appliquer sur les blessures dont elle hâte la cicatrisation. En décoction, l’écorce soignait – et soigne toujours dans l’île – douleurs rhumatismales, courbatures et refroidissements.

Culture et production

L’arbre est étudié et exploité en Nouvelle-Calédonie, dans le cadre de l’exploration systématique de l’extrême biodiversité de l’île, par le laboratoire des plantes médicinales du Centre national de recherche scientifique (CNRS). L’huile essentielle de niaouli sert à la fabrication du Goménol, médicament de marque déposée en 1892 par un industriel installé à Gomen, qui avait été frappé par les vertus thérapeutiques de l’arbre. Dans sa composition, il s’agit de l’huile essentielle de niaouli, partiellement déterpénée, utilisée pour les états congestifs des voies aériennes supérieures et des bronches.

Parfum

Le parfum de l’huile essentielle de niaouli est balsamique avec une forte note d’eucalyptus.

Extraction et rendement

Le rendement de la distillation des feuilles est variable, mais n’excède pas 0,7 %, soit sept cents grammes pour cent kilos de plante.

Formule chimique

L’huile essentielle de niaouli est constituée principalement d’oxydes terpéniques (1,8- cinéole : 38 % à 48 %), de monoterpénols, de sesquiterpénols dont le viridiflorol (6 % à 15 %) et de monoterpènes (alpha et bêta-pinène, limonène) que l’on élimine pour obtenir l’huile « purifiée ». Cette composition correspond à l'huile essentielle provenant de Madagascar, celle de Nouvelle-Calédonie étant constituée majoritairement de sesquiterpénols (65 % à 70 %) et de monoterpénols (environ 20 %).

Principales indications

Très polyvalente, l’huile essentielle de niaouli stimule les défenses immunitaires. Cicatrisante, elle protège et restaure la peau. En inhalation, elle soigne les sinusites et rhinites. Elle est antiseptique, antivirale et antimycosique. On peut en faire préventivement de larges onctions sur les zones irradiées en cas de radiothérapie.

Espèce apparentée

Cajeput (Melaleuca cajuputi).

 

Extraits du livre « Aromathérapia - Tout sur les huiles essentielles », d’Isabelle Pacchioni. Editions Aroma Thera

 

Tout sur les huiles essentielles

Phasellus volutpat, metus eget egestas mollis, lacus lacus blandit dui, id egestas quam mauris ut lacus.

Tout sur les huiles essentielles

Retrouvez toutes les essences dans le livre Aromathérapia

Info

Achetez le livre