Romarin à camphre

Romarin à camphre

Rosmarinus officinalis camphoriferum

MODES D'UTILISATION: 

Application cutanée, massage

Bain

Voie orale

Voie respiratoire, diffusion: non approprié, voir interdit

Arbrisseau de la famille des Lamiacées, le romarin à camphre (Rosmarinus officinalis camphoriferum), originaire de l’aire méditerranéenne, est l’une des « herbes de Provence ».

Tab

Sa tige, qui peut atteindre deux mètres, est couverte d’une écorce grisâtre et se divise en rameaux opposés. Ses feuilles, persistantes, sont plus longues que larges avec des bords légèrement enroulés. Les fleurs en épis, d’un bleu tirant sur le violet, sont épanouies de janvier à mai. Le romarin se plaît dans les garrigues et maquis ensoleillés. Le romarin était cultivé, il y a trois millénaires, entre Tigre et Euphrate, pour ses vertus médicinales.

À Rome, il figure dans la liste fiscale des aromates de Vespasien. On en disposait sur les tombes comme un gage d’immortalité et, dans les Métamorphoses d’Ovide, il est né du sang d’une princesse que son père avait tuée pour la punir d’avoir cédé aux avances d’Apollon. Le Moyen Âge ne pouvait pas être en reste d’une légende : les fleurs du romarin étaient blanches mais, peu avant de mettre Jésus au monde, Marie étendit sur elles sa cape bleue qui leur donna sa couleur. Les bienfaits de la plante sont multiples mais l’un d’eux prime sur tous les autres. La célèbre « eau de la Reine de Hongrie » était à base de fleurs de romarin. Grâce à cette potion magique, cette souveraine du XIXe siècle, qui ne se consolait pas d’avoir et, surtout, de paraître ses soixante-douze ans, aurait retrouvé sa fraîcheur et un soupirant.

Culture et production

Le romarin, qui pousse à l’état sauvage sur la côte méditerranéenne, est l’une des plantes aromatiques les plus cultivées en France. En Corse, où il abonde (d’où son appellation corsican blue), ses fleurs d’un bleu soutenu et ses multiples vertus l’ont fait surnommer a man di Diu (la main de Dieu). La Tunisie, le Maroc, l’Italie et l’Espagne sont des pays producteurs.

Parfum

L’odeur du romarin est fine, épicée et fraîche.

Extraction et rendement

La distillation des sommités fleuries de romarin par entraînement à la vapeur a un rendement de 0,4 %, soit quatre cents grammes pour cent kilos de plante.

Formule chimique

Le romarin possède plusieurs chémotypes selon les lieux de culture. Tous contiennent du camphre mais en proportions différentes, le romarin à camphre en contient en moyenne 20 %, le romarin 1,8-cinéole/eucalyptol environ 10 % et le romarin à verbénone de 3 % à 8 %. Ces différents chémotypes lui procurent des propriétés diverses, à ne pas confondre. Les principaux constituants actifs de l’huile essentielle de romarin sont les mêmes selon les chémotypes mais en proportions différentes également : des monoterpènes (alpha-pinènes, bêta-pinènes, camphène), des sesquiterpènes, des oxydes terpéniques (1,8-cinéole) et des monoterpénones (camphre).

Principales indications

L’huile essentielle de romarin à camphre, très stimulante, rend du tonus à un organisme fatigué. Elle soulage les « jambes lourdes », et fait reculer la cellulite. Elle facilite la digestion et dissipe les contractures, crampes et douleurs musculaires.

 

Extraits du livre « Aromathérapia - Tout sur les huiles essentielles », d’Isabelle Pacchioni. Editions Aroma Thera